Tuerie à Liège2 min read

Le 13 décembre 2011, un homme fait 5 morts et 125 blessés à Liège, à l’aide de grenades et d’un fusil d’assault.

Vue de l’emplacement du tireur, place Saint-Lambert

Vers 12h30, place Saint-Lambert, à Lièges, Nordine Armani, un homme de 33 ans, fait exploser trois grenades au niveau de plusieurs arrêts de bus, et ouvre le feu sur la foule à l’aide du fusil d’assault. Il fait cinq  morts et 125 blessés, avant de se suicider. La police découvre plus tard le corps d’une sixième victime dans un hangar appartenant à Nordine Armani. C’était la femme de ménage de ses voisins, qui a été tuée dans la matinée 1.
La confusion dans la ville est totale. De nombreuses rumeurs, parfois contradictoire, font état de plusieurs tireurs embusqués, et d’une évasion du palais de justice, jusque en début d’après-midi. La police n’étant souvent pas plus informée que les passants, a préféré ne pas prendre de risque et a demandé aux gens de se réfugier dans les bâtiments 2.

Le tireur, Nordine Armani, 33 ans, belge d’origine marocaine, était connu des services de police et avait déjà été condamné une vingtaine de fois. Il avait notamment été condamné en 2008 à cinq ans et demi de prison pour possession d’armes sans permis. Les policiers avaient trouvés dans sa maison 2 800 pieds de canabis, 9 500 pièces détachées d’artillerie, et une dizaine d’armes de guerre, dont un lance-roquettes, un A-47 et un fusil à lunette. Il avait été libéré sous caution en octobre 2010. Nordine Amrani était convoqué le jour de la tuerie, à 13h, au tribunal suite à une plainte pour attouchements 3.

L’enquête suite à la tuerie va très vite. La place Saint-Lambert est réouvert dès le lendemain 4.