Accident de train à Brétigny-sur-Orge

Le 12 juillet 2013, un accident de train fait sept morts à Brétigny-sur-Orge.

Accident de Brétigny-sur-Orge

Un train intercités reliant Paris à Limoges approche de la gare de Brétigny-sur-Orge, dans l’Essonne. Au niveau d’un aiguillage, 200m avant la gare, le train se scinde en deux et les six dernières voitures déraillent. Une partie des voitures s’encastrent sur le quai de la gare. Dès la catastrophe, de très gros moyens de secours sont mis en place. 300 pompiers, 20 équipes médicales Smur et huit hélicoptères sont déployés. Les habitants du quartier sont également venus en aide aux rescapés, avant l’arrivée des secours 1.

Le bilan provisoire est de six morts, pour 370 personnes à bord du train 2. Le bilan final de l’accident est de sept morts et 70 blessés 3.

Le soir même du déraillement, plusieurs personnes annoncent que des vols et des pillages ont eu lieu sur les victimes de l’accident. Un groupe de jeunes a notamment essayé de dépouiller des cadavres. Ils ont jetés des cailloux sur les secours qui tentaient de les en empêcher 4. Les réactions aux pillages sont très vives, notamment au niveau politique 5.
La situation autour de ces pillages est confuse, et les déclarations des témoins contradictoires. Il semblerait toutefois qu’il y ait eu un bref caillassages de policiers en marge des secours, et que quelques témoins ou victimes se soient fait voler des effets personnels. Les scènes de pillages sont probablement des grosses exagération 6 7.
À l’heure actuelle seule deux personnes ont porté plainte pour vol 8. Plusieurs personnes ont été interpellées, mais elles ont ensuite été libérées 9.

L’enquête sur cet accident commence le jour même. Le conducteur du train est tout de suite innocenté. Il roulait à 137 km/h alors que la vitesse est limitée à 150 km/h sur cette voie 10.
éclisseL’enquête s’oriente très vite vers une défaillance matérielle : une pièce de 10 kg servant à faire la jonction entre deux rails (une éclisse) se serait détachée au passage du train. Elle s’est logée sous les roues, provoquant le déraillement. La SNCF décide alors de contrôler les 5 000 éclisses de son réseau 11. Un peu moins d’un an après le déraillement, une expertise judiciaire révèle que juste avant l’accident l’éclisse n’était plus maintenue que par un seul écrou au lieu de quatre. Il ne s’agit pas de vandalisme, mais bien d’un défaut de maintenance 12.
Une polémique sur l’état du réseau éclate rapidement. Quelques jours avant le déraillement, quelqu’un avait tweeté Toujours cette impression que le train va dérailler en arrivant à Bretigny —’ 13. Le train bougeait anormalement à chaque passage en gare de Brétigny-sur-Orge 14.
Plus grave, un retraité ancien fournisseur de matériel ferroviaire avait avertis la SNCF de gros défauts de maintenance à la gare de Brétigny-sur-Orge dès fin 2010. Il avait écrit un courrier à la SNCF pour les avertir des nombreux manquements. La SNCF a répondu par courrier qu’ils étaient au courant du problème, que la zone était surveillée et qu’il n’y avait aucun problème de sécurité 15.

Au niveau communication, la SNCF a été exemplaire, communiquant en temps réel sur l’avancée de l’enquête 16. Le secours ne sont pas en reste avec la publication d’un retour d’expérience complet 17.

Clément Méric meurt lors d’une bagarre en pleine rue

Un portrait de Clément Méric, peint sur un murClément Méric est originaire de Brest. Au lycée, c’était un élève modèle, courtois et engagé dans les instances du lycée. Il était également membre de la Confédération Nationale du Travail, un syndicat, mais n’a jamais été engagé dans un parti politique.
Il a obtenu un bac S avec mention bien, puis a intégré l’Institut d’études politiques de Paris en 2012. C’est là qu’il intègre le groupe Action Antifaciste Paris-Banlieue (AAPB, renommée depuis AFAPB).
Les membres de l’AAPB ont décrit Clément Méric comme n’étant pas un bagarreur, ni un monstre de guerre. Il était plutôt frêle et ressortais d’une leucémie 1.

L’AFAPB est un groupe indépendant, ni organisation ni parti politique, dont le but est de connaître, analyser et combattre les organisations et modes de pensée pouvant être qualifiés « d’extrême droite », mais aussi la discrimination et le capitalisme. Elle effectue entre autres des actions de terrain (manifestations, actions,…). L’AFAPB revendique l’utilisation de la violence si elle est nécessaire, mais y vois plus un moyen qu’une fin. Elle se défend de favoriser la rivalité entre bandes. Elle combat l’idéologie plutôt que l’individu. 2. Pourtant le nom même du groupe suggère le contraire, puisqu’il est « antifasciste » et pas « antifascisme ».

Le 5 juin 2013, Clémént Méric est à la sortie d’une vente privée à Paris. Il est reconnu par un groupe de militants d’extrême droite, qui le prends à partie. Les témoins affirment l’avoir vu recevoir un coup de poing américain. Clément Méric tombe contre un poteau et est gravement blessé. Les secours arrivent rapidement, mais il est déclaré en état de mort cérébrale dans la soirée 3.

Tous les témoins indiquent que les antifascistes n’ont pas arrêté de provoquer les skinheads. Ces derniers ont tenté d’éviter la bagarre, allant même jusqu’à essayer de dialoguer avec les antifascistes, avec l’aide d’un vigile. Les témoins sont également d’accord sur le fait que c’est Clément Méric qui a agressé le premier les skinheads, et qu’ils étaient donc en légitime défense. Le seul désaccord entre les témoins concerne l’utilisation ou non d’un poing américainapr le skinhead 4 5 6.

Le 15 juin 2013 plusieurs journalistes ont accès à un enregistrement de vidéosurveillance de la RATP. Elle a filmé la scène à l’extérieur de la boutique. Malheureusement, le cadrage est trop bas et on ne voit que les pieds des participants à la bagarre. L’enregistrement fournit quand même des éléments importants, bien que les interprétations diffèrent.
Tout d’abord, on peut voir que le groupe de Clément Méric attend longuement les skinheads à la sortie de la boutique. Ils étaient décidés à en découdre.
Une fois les skinheads sortis, la bagarre commence. On voit Clément Méric passer derrière Esteban Morillo. Ce dernier se retourne alors, puis on voit clément Méric tomber. Personne ne le frappe quand il est au sol.
D’après l’interprétation de RTL, Clément Méric aurait frappé un des skinheads le premier et celui-ci aurait répliqué. La police a affirmé que rien dans la vidéo ne permettait d’affirmer cette version des faits. Le cadrage ne le permets pas 7.

Six skinheads, dont l’auteur présumé du coup de poing, sont arrêtés dès le lendemain de la bagarre avec 8.Deux d’entre eux, Samuel Dufour et Esteban Morillo, restent en prison. L’enquête cherche à déterminer lequel des deux a donné le coup mortel à Clément Méric, et s’il a utilisé un poing américain. Les éléments sont contradictoires. Il semblerait que Samuel Dufour ait bien utilisé un poing américain, mais que ce soit Esteban Morillo qui ait donné le coup mortel, peut-être à mains nues. L’autopsie de Clément Méric n’a pas pu déterminée s’il a été frappé par un poing américain ou non 9 10.

Esteban Morillo est un homme de 20 ans au moment des faits. Il est né en Espagne, mais a vécu dans une commune rurale de l’Aisne. Le maire du village l’avait déjà signalé à la gendarmerie car il avait un comportement pro-nazi en public. Lors d’une perquisition, la gendarmerie découvre chez lui plusieurs symboles nazis, mais la procédure s’arrête là. C’est probablement à ce moment qu’il adhère au groupe néonazi « Troisième Voie ». Il y reste six mois.
Esteban Morillo est fiché par la police depuis 2011 pour port d’arme de sixième catégorie, la même catégorie que pour les poings américains.
Il emménage sur Paris en 2012 11.

D’après plusieurs personnes, Clément Méric n’est pas blanc non plus. Il n’en était pas à sa première agression. Il s’est rendu à plusieurs reprises dans un bar parisien, avec d’autres antifascistes, pour frapper et racketter des clients, parfois à la batte de base-ball 12.
Certains disent même que Clément Méric portait un protège-dents au moment de l’agression de Esteban Morillo, ce qui montre bien qu’elle était préméditée 13.

Plusieurs dizaines de militants antifascistes n’étant pas impliqués dans l’affaire se sont fait également arrêtés dans les mois suivants. S’ils s’apprêtaient peut-être à commettre des actes violents, c’est bien la tension depuis la mort de Clément Méric qui est la cause de ces arrestations 14 15.

Tous les politiques, y compris l’extrême droite, ont condamné cette agression, parlant notamment d’agression lâche et barbare, ou même d’assassinat. Plusieurs politiques, de tous bords, ont appelé à prendre des sanctions contre les groupes skinheads 16.

Le lendemain soir de l’agression, plus de 15 000 personnes se sont rassemblées dans plusieurs villes de France en hommage à Clément Méric. Plusieurs personnalités politiques ont tenté de se rendre au rassemblement parisien, mais ne se sont pas bien fait accueillir.

Des manifestants en mémoire de Clément Méric

L’extrême droite radicale lance un mouvement de soutien à Esteban Morillo, sous forme d’aide financière. Le « Comité d’Entraide aux Prisonniers Européens » d’extrême droite est relancé. C’est à la fois une boîte postale pour Esteban Morillo, et une caisse de solidarité à laquelle il est possible de faire des dons. Cette caisse a été créée en 2002 et est activée régulièrement, lorsque des membres de l’extrême droite radicale ont des problèmes avec la justice 17. Esteban Morillo a refusé ce soutien car il ne se reconnaît pas dans cette organisation 18.

La semaine suivant l’agression, le gouvernement annonce son intention de dissoudre le groupe d’extrême droite Troisième Voie, et son « service d’ordre », les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires. Mais une semaines plus tard, ces deux groupes se dissolvent spontanément pour l’honneur, pour ne pas être dissous par d’autres. Des procédures sont lancés pour la dissolution de plusieurs autres groupes d’extrême droite 19.

Actuellement Esteban Morillo et Samuel Dufour sont toujours en détention provisoire 20.


  1. Mort de Clément Méric : un « élève modèle tué pour ses idées »
  2. http://www.afapb.org/itw-lagriffe/
  3. Paris : agressé par des skinheads, un étudiant en état de mort cérébrale
  4. Mort de Clément Méric : cinq personnes déférées au parquet
  5. VIDEO. Un témoin raconte l’altercation entre Clément Méric et les skinheads
  6. VIDÉOS. Clément Méric, un militant d’extrême-gauche, décède après une agression à Paris
  7. Mort de Clément Méric : ce que dit vraiment la vidéo
  8. Des arrestations après l’agression d’un militant antifasciste
  9. Mort de Clément Méric : le SMS qui accable l’un des skinheads
  10. Mort de Clément Méric : le SMS qui trahit un skinhead
  11. Ce que l’on sait de l’agresseur présumé de Clément Méric
  12. Clément Méric impliqué (et filmé ?) dans l’attaque violente d’un bar parisien (MàJ)
  13. La dissimulation de la vérité sur la mort de Méric devient un mensonge d’Etat
  14. Paris : 14 interpellations après la manif des AntiFa
  15. Arrestation de 38 militants antifascistes à Paris
  16. VIDÉOS. Les réactions au décès de Clément Méric, jeune militant d’extrême-gauche battu à mort par des skinheads
  17. Mort de Clément Méric : la mystérieuse caisse de soutien aux condamnés d’extrême droite
  18. Le meurtrier présumé de Clément Méric rejette des soutiens
  19. Les groupuscules d’extrême droite Troisième voie et JNR annoncent leur dissolution
  20. Affaire Clément Méric : les causes de la mort toujours incertaines

Tuerie dans une école juive

Mohamed MerahLe 19 mars 2012, une fusillade éclate dans une école juive à Montauban. C’est le début de la médiatisation d’une affaire qui a commencé quelques jours plus tôt.

Un militaire a publié sur une annonce sur leboncoin pour vendre sa moto. Le 11 mars 2012 il a rendez-vous avec Mohamed Merah sur un parking de Toulouse. Ce dernier le menace avec un pistolet, puis finit par lui tirer une balle dans la tête. Il tient des propos pro-islamistes en s’enfuit avec la moto 1.

Le 15 mars 2012, Mohamed Merah se rends à l’entrée d’une caserne et tire sur trois militaires, à proximité d’un distributeur de billets. Deux d’entre eux meurent 2.

Le 19 mars 2012 vers 8h Mohamed Merah arrive en scooter devant le collège-lycée juif Otzar Hatorah de Toulouse. Il est armé d’un pistolet automatique et d’un pistolet mitrailleur. Il ouvre le feu sur un groupe de personnes, puis rentre dans l’établissement en continuant à tirer. Il tue en tout trois enfants et un professeur, et fait cinq blessés 3.

La même arme est utilisée pour les trois affaires, ce qui permet de les relier. Mohamed Merah est identifié par la police le 19 mars 2012. Il a été confondu notamment par l’adresse IP de sa mère, qui fait partie des 576 personnes à s’être connectées à la petite annonce passée par la première victime sur le site leboncoin.fr. La DCRI le localise chez lui le 20 mars, au premier étage d’un immeuble, et encercle son domicile dans la soirée.
Mohamed Merah parvient pourtant à sortir de chez lui sans que la DCRI ne s’en rende compte. Il sillonne la ville pendant cinq heures. Il va notamment voir sa famille et ses amis et leur laisse des affaires. Il appelle aussi plusieurs chaînes de télévision, à qui il revendique ses crimes, puis il poste une vidéo de la tuerie, qu’il a lui-même filmé, à Al Jazeera. Il regagne enfin son appartement en passant devant un dispositif de surveillance de la DCRI, sans que personne ne le remarque 4. Le but de cette sortie était probablement de médiatiser ses actions.

Le RAID lance un assaut surprise le 21 mars vers 3h. Mohamed Merah les attendait et parvient à les repousser, faisant deux blessés parmi le RAID. Le RAID encercle l’immeuble. Les autres habitants ne sont évacués que vers 11h30.
Le RAID et Mohamed Merah échangent des provocations et quelques coups de feu jusqu’au 22 mars après 11h10. Le RAID donne un nième assaut lors duquel Mohamed Merah sort brutalement de sa salle de bain et tire à une cadence si rapide qu’on [aurait dit] une arme automatique. Il est touché d’une balle dans la tête 5.

Dès l’annonce de la mort de Mohamed Merah, la polémique commence.

D’abord sur l’intervention du RAID. La meilleure unité de police de France a mis 32h pour arrêter une seule personne sans otage, et n’a pas réussi à le capturer vivant ? Même le fondateur du GIGN critique l’intervention du RAID, et pointe ses nombreux dysfonctionnements 6. La réponse du chef du RAID est plus qu’hasardeuse 7.

Ensuite, la surveillance de Mohamed Merah montre des bizarreries. Toute la famille de Mohamed  h est fichée par la DST dès 2006, suite à un voyage en Syrie et en Irak. Mohamed Merah repart seul au proche orient quelques années plus tard. Il est arrêté par l’armée américaine à Kandahar le 22 novembre 2010, suite à un contrôle routier. Il est alors signalé à la DCRI. Lors de son retour en France la DCRI décide de ne pas mener d’enquête, faute d’éléments probants. Une famille du quartier de Mohamed Merah a pourtant poroté plainte contre lui quelques moi plus tôt suite à une tentative d’embrigadement d’un enfant.
La DCRI mets sur écoute Mohamed Merah et sa famille entre mars et novembre 2011. Ces écoutes sont validées par la justice, mais la DCRI décide elle-même de les arrêter.
Mohamed Merah est de nouveau convoqué par la DCRI en janvier 2012, soit deux mois avant le premier militaire assassiné. Pourtant il faut quatre jours à la police pour faire le lien entre les premiers meurtres et lui.
Le Canard Enchaîné va même jusqu’à dire que Mohamed Merah a été traité comme un indic, ou en voie de l’être 8.

Le 8 juillet 2012, TF1 diffuse un extrait de l’enregistrement de la conversation téléphonique entre Mohamed Merah et un brigadier chargé de son suivi. Une retranscription de l’enregistrement quasi complet est diffusé quelques jours plus tard 9. On y apprends que Mohamed Merah avait parlé avec le brigadier à plusieurs reprise avant en entre les tueries. Lors de l’échange, Mohamed Merah domine complètement le brigadier, allant même jusqu’à se moquer de lui pour tous les mensonges grossiers qu’il lui a fait gober :
Mohamed Merah : Franchement, toi t’y a cru, honnêtement, t’y a cru à cette histoire de tourisme ?
Mohamed Merah : c’est vrai j’avais fait une vraie coupe fashion t’as vu, j’avais fait la crête, les cheveux longs en arrière, dégradés espagnols sur les côtés, (écrit bonne…) j’avais fait tout ça tu vois. J’ai fait blond… marhambdullah, ça ça faisait partie de la ruse, tu vois.
Brigadier : Ouais mais ça c’était avant que tu partes en Afghanistan ça. Donc déjà t’étais déjà préparé à, à… T’avais déjà un objectif. Mais c’était avant que tu partes ça ? C’était en 2010 ?
Mohamed Merah : Ouais, ouais. C’était avant que je parte.

Un échange de la conversation permets aussi de penser que Mohamed Merah était un indic du brigadier :
Mohamed Merah : Si, crois-moi que je t’avais ciblé (hamdullah). Crois-moi que, Allah il a fait que ce-, que c’est pas moi qui sera la cause de, de ta mort ou, peut-être ce sera quelqu’un d’autre ou peut-être que tu mourras de, d’une autre façon t’as vu mais mon but c’était de, de t’appeler, te faire, te dire que j’avais le nom, tout ça, te le donner, de faire un travail pour que tu viennes à moi et, et t’en aurais pris une en pleine tête mais hamdulillah tu vois, Allah il a fait que, que le décret soit différent t’as vu.
La DCRI a tout fait pour conserver cet enregistrement secret, allant même jusqu’à refuser de le communiquer au ministre de l’intérieur de l’époque, Manuel Valls Galfetti 10.

Quelques jours plus tard, le père de Mohamed Merah déclare avoir un enregistrement impliquant clairement les services secrets français dans cette affaire. Il en publie un extrait de la retranscription 11. Toutefois la justice n’a pas eu de copie de cet enregistrement, et doute fortement de son existence 12.

Au niveau judiciaire, plusieurs plaintes sont déposées.

Le parquet ouvre une information judiciaire le 25 mars 2012, en ajoutant la circonstance aggravante l’antisémitisme 13. Plusieurs personnes, dont le frère de Mohamed Merah, sont arrêtés suite à l’enquête. L’hypotèse du « loup solitaire », privilégiée au début de l’enquête, ne tient plus 14.

Plusieurs membres de la famille d’un des militaires tués portent plainte contre la DCRI et ses responsables (Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa et Bernard Squarcini), ainsi que contre X, pour non empêchement d’un crime et mise en danger délibéré de la vie d’autrui. Ils accusent la DCRI de ne pas avoir fait son travail correctement pour empêcher les tueries 15.

Des membres de la famille de Mohamed Merah portent également plainte contre le RAID. Ils l’accusent d’avoir volontairement tué Mohamed Merah, alors que les circonstances permettaient son arrestation 16.

Fermeture de Megaupload

Kim SchmitzLe 19 janvier 2012, le département de la Justice des États-Unis ferme Megaupload et fait arrêter Kim Dotcom.

Kim Schmitz est un homme d’affaires germano-finlandais. Il est né le 21 janvier 1974 en Allemagne. Après des études peu brillantes, il est condamné par la justice allemande pour une escroquerie à base de cartes téléphoniques volées. Ensuite, il investit dans plusieurs entreprises. En 2001, suite à un investissement dans Letsbuyit, il est recherché par la justice et part s’installer en Thaïlande. Il est quand même extradé et condamné. Il est de nouveau condamné en 2001 dans le cadre d’un détournement de fonds 1.

Kim Schmitz créé l’entreprise Megaupload en 2005. Elle est basée à Hong Kong car la fiscalité y est plus favorable. La société Megaupload mets en ligne le site du même nom. C’est un site d’hébergement de fichiers en un clic. Chaque internaute peut envoyer un fichier vers Megaupload, qui le stocke pendant une durée déterminée ou non. Le fichier est ensuite téléchargeable, soit uniquement par la personne l’ayant envoyé, soit par n’importe qui, éventuellement après avoir entré un mot de passe.
De base, Megaupload propose un service bridé (un seul fichier téléchargeable à la fois, espace de stockage limité à 200 Go,…) et se rémunère avec la publicité. Il est aussi possible d’acheter un compte premium pour enlever toutes les limites présentes. Un système de points permet également de rémunérer les utilisateurs qui envoyaient les fichiers les plus téléchargés.
Par la suite, Megaupload développe tout un écosystème autour de ce concept 2 :

  • megaupload.com, dont on vient de parler
  • megapix.com, pour héberger des images
  • megavideo.com et megalive.com, pour héberger des vidéos
  • cum.com et megaporn, pour héberger des fichiers pornographiques

Plusieurs sites sont, le 19 janvier 2012, encore en développement :

  • megabos.com, site de production et d’hébergement de fichiers musicaux. Sa sortie était prévue le lendemain de l’arrestation de Kim Dotcom
  • megamovie.com
  • megafund et Megapay, des services financiers
  • megaclick et Megakey, des régies publicitaires
  • megabackup, dont le nom suggère qu’il s’agissait d’un service de sauvegarde en ligne

Vous l’aurez sûrement remarqué, mais je désigne parfois Kim Dotcom par Kim Schmitz. C’est simplement parce-que, en 2010, Kim Schmitz s’installe en Nouvelle-Zélande. Il y obtient la nationalité et change de nom pour Kim Dotcom (littéralement « Kim point com », ou Kim.com).

À partir du milieu de l’année 2011, le FBI lance une grande campagne de lutte contre le piratage. Il saisit les noms de domaine de plusieurs sites soupçonnés d’inciter au piratage, même s’ils sont situés à l’étranger 3.

Le 19 janvier 2012, le FBI fait procéder à l’arrestation de Kim Dotcom par la police néo-zélandaise. Cinq autres personnes sont arrêtées pour blanchiment d’argent, racket et contrefaçon. Trois autres personnes font l’objet d’un mandat d’arrêt international. Toutes ces personnes risquent jusqu’à 60 ans de prison aux États-Unis.
Tous les noms de domaine détenus par Megaupload sont saisis et les sites internet sont remplacés par un message du FBI 4.

FBI anti-piracy warning

Kim Dotcom est libéré mais assigné à résidence quelques semaines plus tard 5.

La justice états-unienne reproche à Kim Dotcom et à la société Megaupload d’avoir facilité la mise à disposition de contenu multimédia piraté, et d’avoir ainsi facilité des actes de contrefaçon. D’après l’acte d’accusation, la justice a eu accès à plusieurs comptes mail des différents membres de l’entreprise Megaupload. Ils ont permis de montrer que l’entreprise était basée sur la contrefaçon de fichiers, et l’encourageait, via un système rémunérant les personnes mettant les fichiers les plus populaires à disposition.

Cependant, Megaupload stockait également un grand nombre de fichiers légaux. L‘EFF (Electronic Frontier Foundation) organise une course contre la montre pour récupérer ces fichiers. Megaupload louait ses serveurs à plusieurs sociétés d’hébergement (Carpathia Hosting, LeaseWeb, Cogent,…). Elles ne sont plus payées depuis la saisie des comptes bancaires de Megaupload, et veulent donc pouvoir pouvoir louer les serveurs à d’autres clients, ce qui entraînera la suppression des données 6.
À l’heure actuelle les données n’ont toujours pas été effacées.

Concernant le volet judiciaire, avec le temps, de nombreuses irrégularités sont découvertes :

  • utilisation d’enregistrements datant d’avant l’ouverture de l’enquête 7
  • saisie illégale de tous les biens de Kim Dotcom  par la police, en toute connaissance de cause : un hélicoptère, une vingtaine de voiture de luxe et 64 comptes bancaires contenant en tout 530 millions de dollars 8
  • la police ne s’est pas présentée comme telle lors de l’arrestation 9
  • la police a saisi illégalement les bandes de vidéosurveillance 10
  • utilisation de moyens disproportionnés lors de l’arrestation par la police 11 12
  • Megaupload n’a jamais été formellement accusé d’infractions pénales, ce qui empêche toute procédure pénale 13
  • John Banks, l’ancien maire d’Auckland, s’est fait secrètement financer sa campagne politique par Kim Dotcom, et a même participé à au moins une des fêtes qu’il donnait dans son manoir 14
  • refus de fournir les preuves à la défense 15 16
  • l’entreprise Megaupload n’a aucune présence aux États-Unis, et ne concerne donc pas la justice états-unienne 17
  • la perquisition est déclarée illégale par la justice néo-zélandaise 18
  • saisie de données non pertinentes 19
  • refus par la justice néo-zélandaise de donner à Kim Dotcom les moyens financiers d’assurer sa défense, au moins jusqu’au 29 mars 2012 20
  • Kim Dotcom est ses collaborateurs ont été victimes d’écoutes illégales de la part de la justice néo-zélandaise. 21
  • Megaupload a collaboré avec le FBI dans une autre affaire de contrefaçon de fichiers informatiques concernant la plate-forme Ninjavideo 22

Tous ces événements ont transformé la fermeture de Megaupload en affaire politique. Kim Dotcom en tire parti en joue la carte de la provocation. Par exemple il sort son propre album, devenant ainsi un ayant droit, que ses opposants veulent défendre 23. Il va même jusqu’à sortir le successeur de Megaupload le jour anniversaire de son arrestation. La justice néo-zélandaise avait promis d’annuler son assignation à résidence, mais malgré une campagne de publicité ayant débuté plusieurs mois avant, Kim Dotcom n’est toujours pas retourné en prison. 24.

À l’heure actuelle, et après de nombreux reports, le procès de Kim Dotcom est fixé en août 2013 25.

En France, Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa se félicite publiquement de l’arrestation de Kim Dotcom et de la fermeture de Megaupload. C’est très rare concernant une affaire judiciaire étrangère 26. Muriel Marland-Militello, députée UMP, va même jusqu’à affirmer que Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa a joué un rôle important dans les événements 27.

Concernant le piratage d’œuvres, la fermeture de Megaupload n’a eu aucun impact, puisque les gens se sont tournés vers ses concurrents 28, ou vers des solutions alternatives 29.
D’une manière générale, la fermeture des sites permettant le téléchargement d’œuvres illégalement n’a aucun effet positif 30, et est même nuisible aux artistes dans certains cas 31.


  1. Mega-man: The fast, fabulous, fraudulent life of Megaupload’s Kim Dotcom
  2. Megaupload
  3. La Sécurité intérieure américaine démantèle neuf sites de piratage
  4. MegaUpload fermé par le FBI, ses hommes clé arrêtés !
  5. MegaUpload : Kim Dotcom libéré mais privé d’internet
  6. MegaUpload : l’EFF accentue la pression pour sauver les fichiers licites
  7. Le fondateur de MegaUpload piégé par un spyware du FBI ?
  8. MegaUpload : une erreur de procédure pourrait profiter à Kim Dotcom
  9. MegaUpload : la police cache la vidéo de l’arrestation de Kim Dotcom
  10. MegaUpload : la police cache la vidéo de l’arrestation de Kim Dotcom
  11. MegaUpload : la police cache la vidéo de l’arrestation de Kim Dotcom
  12. MegaUpload : l’opération musclée montrée pour la 1ère fois en vidéo
  13. MegaUpload : la police cache la vidéo de l’arrestation de Kim Dotcom
  14. MegaUpload : Kim Dotcom (re)fait le malin en musique
  15. MegaUpload : les USA ont ordre de communiquer les preuves à la défense
  16. MegaUpload : le FBI devra bien communiquer toutes ses pièces
  17. MegaUpload réclame l’abandon des poursuites
  18. MegaUpload : la perquisition jugée illégale par la justice néo-zélandaise
  19. MegaUpload : la perquisition jugée illégale par la justice néo-zélandaise
  20. La Nouvelle-Zélande débloque 4,83 millions de dollars pour Kim Dotcom
  21. MegaUpload : Kim Dotcom illégalement espionné, l’affaire devient politique
  22. MegaUpload a aidé à lutter contre NinjaVideo, creusant sa propre tombe
  23. Le top des provocs de Kim Dotcom
  24. Mega : le nouveau MegaUpload est lancé !
  25. Le procès d’extradition de Kim Dotcom reporté à août 2013
  26. Sarkozy applaudit la fermeture de MegaUpload et demande Hadopi 3
  27. Pour Marland-Militello, l’arrêt de MegaUpload est dû à Nicolas Sarkozy
  28. L’audience des concurrents de MegaUpload bondit
  29. Le P2P explose après la fermeture de MegaUpload
  30. La fermeture des sites de piratage est inefficace
  31. MegaUpload était bénéfique aux films indépendants

Naufrage du Costa Concordia

Le 13 Janvier 2012, le Costa Concordia, un navire de croisière, fait naufrage en Italie.

Costa Concordia
Le Costa Concordia a été baptisé le 7 juillet 2006. C’est, à l’époque, le plus gros navire italien jamais construit. Il peut accueillir 3 780 passagers 1.
Lors de son baptême, la bouteille de Champagne ne s’est pas cassée sur la coque du navire, ce qui est mauvais signe pour les marins superstitieux 2.

Le Costa Concordia est parti de Civitavecchia en direction de Savone vers 19 heures, le 13 Janvier 2012. Le commandant Francesco Schettino décide de faire « l’inchino » (une révérence), en passant devant l’île où réside un ancien commandant de Costa Croisières. Il avait déjà fait une manœuvre semblable quelques mois plus tôt. Mais là, il ne prends pas exactement la même route. Le Costa Concordia heurte alors sur bâbord (côté gauche) un récif. Il parvient à s’échouer sur la côté, ce qui évite le chavirage 3.

Trajet du Costa Concordia après la collision

L’impact a lieu à 21h45. Le commandant connaît l’état de la situation dès 22h. Il nie les faits auprès des secours jusque 22h26, où il les minimise. Les secours, n’étant pas convaincus par les explications, lancent quand même une opération de sauvetage. L’évacuation des passagers commence à 22h45, soit une heure après la collision, bien que le capitaine ne donne l’ordre d’évacuation qu’à 22h58.
On sait que, à 1h48, le commandant est à bord d’une chaloupe et refuse de retourner sur le navire, alors que l’opération d’évacuation ne se termine qu’à 4h46 4. L’intervention des secours est très délicate. Le navire est sur le côté et partiellement immergé, et se trouve juste à côté d’une fosse de 75 mètres.

Costa Concordia échoué

Schéma du Costa Concordia échoué

L’équipe de secours a d’abord immobilisé le navire, pour éviter qu’il ne tombe dans la fosse. Elle a ensuite mis en place un barrage flottant pour confiner les fuites de carburant, le temps qu’il soit pompé.
Pendant ce temps, 22 spéléologues explorent les parties émergées du bateau, tandis que 36 plongeurs et 12 scaphandriers explorent les parties immergées. L’épave du bateau est entièrement explorée.

Le bilan final du naufrage est de 30 morts et 2 disparus 5.

Francesco Schettino, le commandant du Costa Concordia, est arrêté le 14 janvier 2012 pour « homicide multiple, naufrage et abandon du navire ».

Les enquêteurs découvrent que la boîte noire du bateau est défectueuse. Ils découvrent également que le commandant de bord avait signalé ce problème à Costa Croisières, qui n’a pas voulu faire les réparations immédiatement, comme elle y était obligée 6.

Une écoute téléphonique révèle, le lendemain du naufrage, que Francesco Schettino a subi des pressions afin de faire « l’inchino » si près des côtes 7.

Bien que seuls Francesco Schettino et son second, Ciro Ambrosio, soient pour le moment poursuivis, la justice s’intéresse également au rôle qu’aurait pu jouer Costa Croisière dans les événements 8.

La justice italienne termine son enquête le 20 décembre 2012. le procès aura lieu d’ici quelques mois 9.

Cet accident a aussi participé à la médiatisation d’un autre accident, survenu moins de deux mois plus tard.
Le 27 février 2012, un incendie se déclare à bord du Costa Allegra. Il ne fait pas de victimes, mais les passagers restent bloqués plusieurs jours à bord du bateau, sans électricité 10.