Le siège de Charlie Hebdo est incendié2 min read

Charia HebdoLe 31 octobre l’équipe de Charlie Hebdo présente la une à paraître le 2 novembre, dont le rédacteur en chef est Mahomet.

La une fait polémique, mais ce n’est pas une première pour le journal. Il avait déjà publié des caricatures de Mahomet, en 2006, reprises précédemment de France Soir, suite au licenciement de président et directeur de la publication. Il n’y avait cependant jamais eu de représailles sérieuses.

Mais cette fois-ci, le siège de Charlie Hebdo est incendié au cocktail molotov, dans la nuit du 1er au 2 novembre 2011, vers deux heures du matin. Les dégats sont très importants, et les locaux sont totalement inutilisables.

Le siège de Charlieanbsp;Hebdo incendié

Le site internet du journal est également piraté, sans que de lien de soit établi avec l’incendie. Il s’agissait très probablement de l’action de deux groups distincts.

L’ensemble de la classe politique se déclare indignée de ce qu’il s’est passé.

Le journal libération héberge Charlie Hebdo pendant quelques semaines, le temps de retrouver des locaux 1.

La prefecture de police de Paris et les policiers antiterroristes n’ont pas jugés utiles de mieux protéger le siège de Charlie Hebdo, en partie à cause du manque d’effectifs, de nombreux agents sécurisant le G20 à Cannes. La pose d’une caméra thermique, afin de faciliter la surveillance du bâtiment, était prévue le lendemain de l’incendie. Lorsque Charlie Hebdo est hébergé par libération, le directeur du renseignement à la préfecture de police de Paris proposere une protection non permanent au journal, faute de moyens 2.

L’enquête aboutit à l’arrestation de cinq personnes, dont un membre de la Ligue de Défense Juive 3.


  1. «Charlie Hebdo» incendié, Guéant dénonce un «attentat»
  2. Les flics ont raté « Charlie » (Le Canard Enchaîné n°4750 du 9 novembre 2011)
  3. La LDJ derrière l’attentat de Charlie Hebdo ?