Clément Méric meurt lors d’une bagarre en pleine rue8 min read

Un portrait de Clément Méric, peint sur un murClément Méric est originaire de Brest. Au lycée, c’était un élève modèle, courtois et engagé dans les instances du lycée. Il était également membre de la Confédération Nationale du Travail, un syndicat, mais n’a jamais été engagé dans un parti politique.
Il a obtenu un bac S avec mention bien, puis a intégré l’Institut d’études politiques de Paris en 2012. C’est là qu’il intègre le groupe Action Antifaciste Paris-Banlieue (AAPB, renommée depuis AFAPB).
Les membres de l’AAPB ont décrit Clément Méric comme n’étant pas un bagarreur, ni un monstre de guerre. Il était plutôt frêle et ressortais d’une leucémie 1.

L’AFAPB est un groupe indépendant, ni organisation ni parti politique, dont le but est de connaître, analyser et combattre les organisations et modes de pensée pouvant être qualifiés « d’extrême droite », mais aussi la discrimination et le capitalisme. Elle effectue entre autres des actions de terrain (manifestations, actions,…). L’AFAPB revendique l’utilisation de la violence si elle est nécessaire, mais y vois plus un moyen qu’une fin. Elle se défend de favoriser la rivalité entre bandes. Elle combat l’idéologie plutôt que l’individu. 2. Pourtant le nom même du groupe suggère le contraire, puisqu’il est « antifasciste » et pas « antifascisme ».

Le 5 juin 2013, Clémént Méric est à la sortie d’une vente privée à Paris. Il est reconnu par un groupe de militants d’extrême droite, qui le prends à partie. Les témoins affirment l’avoir vu recevoir un coup de poing américain. Clément Méric tombe contre un poteau et est gravement blessé. Les secours arrivent rapidement, mais il est déclaré en état de mort cérébrale dans la soirée 3.

Tous les témoins indiquent que les antifascistes n’ont pas arrêté de provoquer les skinheads. Ces derniers ont tenté d’éviter la bagarre, allant même jusqu’à essayer de dialoguer avec les antifascistes, avec l’aide d’un vigile. Les témoins sont également d’accord sur le fait que c’est Clément Méric qui a agressé le premier les skinheads, et qu’ils étaient donc en légitime défense. Le seul désaccord entre les témoins concerne l’utilisation ou non d’un poing américainapr le skinhead 4 5 6.

Le 15 juin 2013 plusieurs journalistes ont accès à un enregistrement de vidéosurveillance de la RATP. Elle a filmé la scène à l’extérieur de la boutique. Malheureusement, le cadrage est trop bas et on ne voit que les pieds des participants à la bagarre. L’enregistrement fournit quand même des éléments importants, bien que les interprétations diffèrent.
Tout d’abord, on peut voir que le groupe de Clément Méric attend longuement les skinheads à la sortie de la boutique. Ils étaient décidés à en découdre.
Une fois les skinheads sortis, la bagarre commence. On voit Clément Méric passer derrière Esteban Morillo. Ce dernier se retourne alors, puis on voit clément Méric tomber. Personne ne le frappe quand il est au sol.
D’après l’interprétation de RTL, Clément Méric aurait frappé un des skinheads le premier et celui-ci aurait répliqué. La police a affirmé que rien dans la vidéo ne permettait d’affirmer cette version des faits. Le cadrage ne le permets pas 7.

Six skinheads, dont l’auteur présumé du coup de poing, sont arrêtés dès le lendemain de la bagarre avec 8.Deux d’entre eux, Samuel Dufour et Esteban Morillo, restent en prison. L’enquête cherche à déterminer lequel des deux a donné le coup mortel à Clément Méric, et s’il a utilisé un poing américain. Les éléments sont contradictoires. Il semblerait que Samuel Dufour ait bien utilisé un poing américain, mais que ce soit Esteban Morillo qui ait donné le coup mortel, peut-être à mains nues. L’autopsie de Clément Méric n’a pas pu déterminée s’il a été frappé par un poing américain ou non 9 10.

Esteban Morillo est un homme de 20 ans au moment des faits. Il est né en Espagne, mais a vécu dans une commune rurale de l’Aisne. Le maire du village l’avait déjà signalé à la gendarmerie car il avait un comportement pro-nazi en public. Lors d’une perquisition, la gendarmerie découvre chez lui plusieurs symboles nazis, mais la procédure s’arrête là. C’est probablement à ce moment qu’il adhère au groupe néonazi « Troisième Voie ». Il y reste six mois.
Esteban Morillo est fiché par la police depuis 2011 pour port d’arme de sixième catégorie, la même catégorie que pour les poings américains.
Il emménage sur Paris en 2012 11.

D’après plusieurs personnes, Clément Méric n’est pas blanc non plus. Il n’en était pas à sa première agression. Il s’est rendu à plusieurs reprises dans un bar parisien, avec d’autres antifascistes, pour frapper et racketter des clients, parfois à la batte de base-ball 12.
Certains disent même que Clément Méric portait un protège-dents au moment de l’agression de Esteban Morillo, ce qui montre bien qu’elle était préméditée 13.

Plusieurs dizaines de militants antifascistes n’étant pas impliqués dans l’affaire se sont fait également arrêtés dans les mois suivants. S’ils s’apprêtaient peut-être à commettre des actes violents, c’est bien la tension depuis la mort de Clément Méric qui est la cause de ces arrestations 14 15.

Tous les politiques, y compris l’extrême droite, ont condamné cette agression, parlant notamment d’agression lâche et barbare, ou même d’assassinat. Plusieurs politiques, de tous bords, ont appelé à prendre des sanctions contre les groupes skinheads 16.

Le lendemain soir de l’agression, plus de 15 000 personnes se sont rassemblées dans plusieurs villes de France en hommage à Clément Méric. Plusieurs personnalités politiques ont tenté de se rendre au rassemblement parisien, mais ne se sont pas bien fait accueillir.

Des manifestants en mémoire de Clément Méric

L’extrême droite radicale lance un mouvement de soutien à Esteban Morillo, sous forme d’aide financière. Le « Comité d’Entraide aux Prisonniers Européens » d’extrême droite est relancé. C’est à la fois une boîte postale pour Esteban Morillo, et une caisse de solidarité à laquelle il est possible de faire des dons. Cette caisse a été créée en 2002 et est activée régulièrement, lorsque des membres de l’extrême droite radicale ont des problèmes avec la justice 17. Esteban Morillo a refusé ce soutien car il ne se reconnaît pas dans cette organisation 18.

La semaine suivant l’agression, le gouvernement annonce son intention de dissoudre le groupe d’extrême droite Troisième Voie, et son « service d’ordre », les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires. Mais une semaines plus tard, ces deux groupes se dissolvent spontanément pour l’honneur, pour ne pas être dissous par d’autres. Des procédures sont lancés pour la dissolution de plusieurs autres groupes d’extrême droite 19.

Actuellement Esteban Morillo et Samuel Dufour sont toujours en détention provisoire 20.


  1. Mort de Clément Méric : un « élève modèle tué pour ses idées »
  2. http://www.afapb.org/itw-lagriffe/
  3. Paris : agressé par des skinheads, un étudiant en état de mort cérébrale
  4. Mort de Clément Méric : cinq personnes déférées au parquet
  5. VIDEO. Un témoin raconte l’altercation entre Clément Méric et les skinheads
  6. VIDÉOS. Clément Méric, un militant d’extrême-gauche, décède après une agression à Paris
  7. Mort de Clément Méric : ce que dit vraiment la vidéo
  8. Des arrestations après l’agression d’un militant antifasciste
  9. Mort de Clément Méric : le SMS qui accable l’un des skinheads
  10. Mort de Clément Méric : le SMS qui trahit un skinhead
  11. Ce que l’on sait de l’agresseur présumé de Clément Méric
  12. Clément Méric impliqué (et filmé ?) dans l’attaque violente d’un bar parisien (MàJ)
  13. La dissimulation de la vérité sur la mort de Méric devient un mensonge d’Etat
  14. Paris : 14 interpellations après la manif des AntiFa
  15. Arrestation de 38 militants antifascistes à Paris
  16. VIDÉOS. Les réactions au décès de Clément Méric, jeune militant d’extrême-gauche battu à mort par des skinheads
  17. Mort de Clément Méric : la mystérieuse caisse de soutien aux condamnés d’extrême droite
  18. Le meurtrier présumé de Clément Méric rejette des soutiens
  19. Les groupuscules d’extrême droite Troisième voie et JNR annoncent leur dissolution
  20. Affaire Clément Méric : les causes de la mort toujours incertaines