Accident de train à Brétigny-sur-Orge4 min read

Le 12 juillet 2013, un accident de train fait sept morts à Brétigny-sur-Orge.

Accident de Brétigny-sur-Orge

Un train intercités reliant Paris à Limoges approche de la gare de Brétigny-sur-Orge, dans l’Essonne. Au niveau d’un aiguillage, 200m avant la gare, le train se scinde en deux et les six dernières voitures déraillent. Une partie des voitures s’encastrent sur le quai de la gare. Dès la catastrophe, de très gros moyens de secours sont mis en place. 300 pompiers, 20 équipes médicales Smur et huit hélicoptères sont déployés. Les habitants du quartier sont également venus en aide aux rescapés, avant l’arrivée des secours 1.

Le bilan provisoire est de six morts, pour 370 personnes à bord du train 2. Le bilan final de l’accident est de sept morts et 70 blessés 3.

Le soir même du déraillement, plusieurs personnes annoncent que des vols et des pillages ont eu lieu sur les victimes de l’accident. Un groupe de jeunes a notamment essayé de dépouiller des cadavres. Ils ont jetés des cailloux sur les secours qui tentaient de les en empêcher 4. Les réactions aux pillages sont très vives, notamment au niveau politique 5.
La situation autour de ces pillages est confuse, et les déclarations des témoins contradictoires. Il semblerait toutefois qu’il y ait eu un bref caillassages de policiers en marge des secours, et que quelques témoins ou victimes se soient fait voler des effets personnels. Les scènes de pillages sont probablement des grosses exagération 6 7.
À l’heure actuelle seule deux personnes ont porté plainte pour vol 8. Plusieurs personnes ont été interpellées, mais elles ont ensuite été libérées 9.

L’enquête sur cet accident commence le jour même. Le conducteur du train est tout de suite innocenté. Il roulait à 137 km/h alors que la vitesse est limitée à 150 km/h sur cette voie 10.
éclisseL’enquête s’oriente très vite vers une défaillance matérielle : une pièce de 10 kg servant à faire la jonction entre deux rails (une éclisse) se serait détachée au passage du train. Elle s’est logée sous les roues, provoquant le déraillement. La SNCF décide alors de contrôler les 5 000 éclisses de son réseau 11. Un peu moins d’un an après le déraillement, une expertise judiciaire révèle que juste avant l’accident l’éclisse n’était plus maintenue que par un seul écrou au lieu de quatre. Il ne s’agit pas de vandalisme, mais bien d’un défaut de maintenance 12.
Une polémique sur l’état du réseau éclate rapidement. Quelques jours avant le déraillement, quelqu’un avait tweeté Toujours cette impression que le train va dérailler en arrivant à Bretigny —’ 13. Le train bougeait anormalement à chaque passage en gare de Brétigny-sur-Orge 14.
Plus grave, un retraité ancien fournisseur de matériel ferroviaire avait avertis la SNCF de gros défauts de maintenance à la gare de Brétigny-sur-Orge dès fin 2010. Il avait écrit un courrier à la SNCF pour les avertir des nombreux manquements. La SNCF a répondu par courrier qu’ils étaient au courant du problème, que la zone était surveillée et qu’il n’y avait aucun problème de sécurité 15.

Au niveau communication, la SNCF a été exemplaire, communiquant en temps réel sur l’avancée de l’enquête 16. Le secours ne sont pas en reste avec la publication d’un retour d’expérience complet 17.