Les quais des gares SNCF sont trop larges pour accueillir les nouveaux TER2 min read

Guillaume PépyLe 21 mai 2014, Le Canard Enchaîné 1 publie un article indiquant que la SNCF a commandé 314 rames de TER trop larges de quelques centimètres pour passer certains quais. La SNCF va devoir raboter 1 300 quais. Le coût total de l’opération sera de 50 à 80 millions d’euros, mais nous ne savons pas encore qui va payer.

Guillaume Pepy est entendu par une commission parlementaire le 4 juin 2014 2. Il dédramatise la situation. Les trains ne sont pas trop larges. Ils respectent les normes en vigueur, et ils ont été homologués par l’établissement public de sécurité ferroviaire. Les quais étaient également aux normes au moment de leur construction, mais en 150 ans ils ont pu bouger de quelques centimètres. Guillaume Pépy reconnaît seulement une erreur de communication entre le SNCF et RFF entre 2009 et 2011 3.

Ce n’est pas la première fois que des travaux d’adaptation doivent être mis en place. Il y en a déjà eu lors de la transformation de certaines voies pour le passage du TGV, ou lors de l’achat des rames Z 6100. Au final l’élargissement des quais ne représente que 0,4% des investissements de RFF sur la même période 4, ou alors 0,5% du prix d’achat des TER 5. Pire encore, si la SNCF avait commandé des trains moins larges, certains quais auraient dû être élargis pour répondre aux normes de sécurité 6. De plus, ce problème était connu de la SNCF et de RFF depuis au moins cinq ans 7.

On est donc en présence d’une affaire montée de toute pièce par des journalistes 8, Le Canard Enchaîné en tête. Pourtant on trouve les premiers articles dénonçant le traitement médiatique de l’affaire le jour même de la parution du Canard Enchaîné 9 10. Cette affaire a éclaté en plein conflit entre la SNCF et RFF à propos du prix de la location des rails. Ce dernier date de 1997, lors de la séparation de la SNCF en deux entités distinctes : SNCF et RFF. Le conflit est toutefois relatif, la SNCF sous-traitant une partie de son travail à RFF, qui elle même le sous-traite à la SNCF.