Fermeture de Megaupload8 min read

Kim SchmitzLe 19 janvier 2012, le département de la Justice des États-Unis ferme Megaupload et fait arrêter Kim Dotcom.

Kim Schmitz est un homme d’affaires germano-finlandais. Il est né le 21 janvier 1974 en Allemagne. Après des études peu brillantes, il est condamné par la justice allemande pour une escroquerie à base de cartes téléphoniques volées. Ensuite, il investit dans plusieurs entreprises. En 2001, suite à un investissement dans Letsbuyit, il est recherché par la justice et part s’installer en Thaïlande. Il est quand même extradé et condamné. Il est de nouveau condamné en 2001 dans le cadre d’un détournement de fonds 1.

Kim Schmitz créé l’entreprise Megaupload en 2005. Elle est basée à Hong Kong car la fiscalité y est plus favorable. La société Megaupload mets en ligne le site du même nom. C’est un site d’hébergement de fichiers en un clic. Chaque internaute peut envoyer un fichier vers Megaupload, qui le stocke pendant une durée déterminée ou non. Le fichier est ensuite téléchargeable, soit uniquement par la personne l’ayant envoyé, soit par n’importe qui, éventuellement après avoir entré un mot de passe.
De base, Megaupload propose un service bridé (un seul fichier téléchargeable à la fois, espace de stockage limité à 200 Go,…) et se rémunère avec la publicité. Il est aussi possible d’acheter un compte premium pour enlever toutes les limites présentes. Un système de points permet également de rémunérer les utilisateurs qui envoyaient les fichiers les plus téléchargés.
Par la suite, Megaupload développe tout un écosystème autour de ce concept 2 :

  • megaupload.com, dont on vient de parler
  • megapix.com, pour héberger des images
  • megavideo.com et megalive.com, pour héberger des vidéos
  • cum.com et megaporn, pour héberger des fichiers pornographiques

Plusieurs sites sont, le 19 janvier 2012, encore en développement :

  • megabos.com, site de production et d’hébergement de fichiers musicaux. Sa sortie était prévue le lendemain de l’arrestation de Kim Dotcom
  • megamovie.com
  • megafund et Megapay, des services financiers
  • megaclick et Megakey, des régies publicitaires
  • megabackup, dont le nom suggère qu’il s’agissait d’un service de sauvegarde en ligne

Vous l’aurez sûrement remarqué, mais je désigne parfois Kim Dotcom par Kim Schmitz. C’est simplement parce-que, en 2010, Kim Schmitz s’installe en Nouvelle-Zélande. Il y obtient la nationalité et change de nom pour Kim Dotcom (littéralement « Kim point com », ou Kim.com).

À partir du milieu de l’année 2011, le FBI lance une grande campagne de lutte contre le piratage. Il saisit les noms de domaine de plusieurs sites soupçonnés d’inciter au piratage, même s’ils sont situés à l’étranger 3.

Le 19 janvier 2012, le FBI fait procéder à l’arrestation de Kim Dotcom par la police néo-zélandaise. Cinq autres personnes sont arrêtées pour blanchiment d’argent, racket et contrefaçon. Trois autres personnes font l’objet d’un mandat d’arrêt international. Toutes ces personnes risquent jusqu’à 60 ans de prison aux États-Unis.
Tous les noms de domaine détenus par Megaupload sont saisis et les sites internet sont remplacés par un message du FBI 4.

FBI anti-piracy warning

Kim Dotcom est libéré mais assigné à résidence quelques semaines plus tard 5.

La justice états-unienne reproche à Kim Dotcom et à la société Megaupload d’avoir facilité la mise à disposition de contenu multimédia piraté, et d’avoir ainsi facilité des actes de contrefaçon. D’après l’acte d’accusation, la justice a eu accès à plusieurs comptes mail des différents membres de l’entreprise Megaupload. Ils ont permis de montrer que l’entreprise était basée sur la contrefaçon de fichiers, et l’encourageait, via un système rémunérant les personnes mettant les fichiers les plus populaires à disposition.

Cependant, Megaupload stockait également un grand nombre de fichiers légaux. L‘EFF (Electronic Frontier Foundation) organise une course contre la montre pour récupérer ces fichiers. Megaupload louait ses serveurs à plusieurs sociétés d’hébergement (Carpathia Hosting, LeaseWeb, Cogent,…). Elles ne sont plus payées depuis la saisie des comptes bancaires de Megaupload, et veulent donc pouvoir pouvoir louer les serveurs à d’autres clients, ce qui entraînera la suppression des données 6.
À l’heure actuelle les données n’ont toujours pas été effacées.

Concernant le volet judiciaire, avec le temps, de nombreuses irrégularités sont découvertes :

  • utilisation d’enregistrements datant d’avant l’ouverture de l’enquête 7
  • saisie illégale de tous les biens de Kim Dotcom  par la police, en toute connaissance de cause : un hélicoptère, une vingtaine de voiture de luxe et 64 comptes bancaires contenant en tout 530 millions de dollars 8
  • la police ne s’est pas présentée comme telle lors de l’arrestation 9
  • la police a saisi illégalement les bandes de vidéosurveillance 10
  • utilisation de moyens disproportionnés lors de l’arrestation par la police 11 12
  • Megaupload n’a jamais été formellement accusé d’infractions pénales, ce qui empêche toute procédure pénale 13
  • John Banks, l’ancien maire d’Auckland, s’est fait secrètement financer sa campagne politique par Kim Dotcom, et a même participé à au moins une des fêtes qu’il donnait dans son manoir 14
  • refus de fournir les preuves à la défense 15 16
  • l’entreprise Megaupload n’a aucune présence aux États-Unis, et ne concerne donc pas la justice états-unienne 17
  • la perquisition est déclarée illégale par la justice néo-zélandaise 18
  • saisie de données non pertinentes 19
  • refus par la justice néo-zélandaise de donner à Kim Dotcom les moyens financiers d’assurer sa défense, au moins jusqu’au 29 mars 2012 20
  • Kim Dotcom est ses collaborateurs ont été victimes d’écoutes illégales de la part de la justice néo-zélandaise. 21
  • Megaupload a collaboré avec le FBI dans une autre affaire de contrefaçon de fichiers informatiques concernant la plate-forme Ninjavideo 22

Tous ces événements ont transformé la fermeture de Megaupload en affaire politique. Kim Dotcom en tire parti en joue la carte de la provocation. Par exemple il sort son propre album, devenant ainsi un ayant droit, que ses opposants veulent défendre 23. Il va même jusqu’à sortir le successeur de Megaupload le jour anniversaire de son arrestation. La justice néo-zélandaise avait promis d’annuler son assignation à résidence, mais malgré une campagne de publicité ayant débuté plusieurs mois avant, Kim Dotcom n’est toujours pas retourné en prison. 24.

À l’heure actuelle, et après de nombreux reports, le procès de Kim Dotcom est fixé en août 2013 25.

En France, Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa se félicite publiquement de l’arrestation de Kim Dotcom et de la fermeture de Megaupload. C’est très rare concernant une affaire judiciaire étrangère 26. Muriel Marland-Militello, députée UMP, va même jusqu’à affirmer que Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa a joué un rôle important dans les événements 27.

Concernant le piratage d’œuvres, la fermeture de Megaupload n’a eu aucun impact, puisque les gens se sont tournés vers ses concurrents 28, ou vers des solutions alternatives 29.
D’une manière générale, la fermeture des sites permettant le téléchargement d’œuvres illégalement n’a aucun effet positif 30, et est même nuisible aux artistes dans certains cas 31.


  1. Mega-man: The fast, fabulous, fraudulent life of Megaupload’s Kim Dotcom
  2. Megaupload
  3. La Sécurité intérieure américaine démantèle neuf sites de piratage
  4. MegaUpload fermé par le FBI, ses hommes clé arrêtés !
  5. MegaUpload : Kim Dotcom libéré mais privé d’internet
  6. MegaUpload : l’EFF accentue la pression pour sauver les fichiers licites
  7. Le fondateur de MegaUpload piégé par un spyware du FBI ?
  8. MegaUpload : une erreur de procédure pourrait profiter à Kim Dotcom
  9. MegaUpload : la police cache la vidéo de l’arrestation de Kim Dotcom
  10. MegaUpload : la police cache la vidéo de l’arrestation de Kim Dotcom
  11. MegaUpload : la police cache la vidéo de l’arrestation de Kim Dotcom
  12. MegaUpload : l’opération musclée montrée pour la 1ère fois en vidéo
  13. MegaUpload : la police cache la vidéo de l’arrestation de Kim Dotcom
  14. MegaUpload : Kim Dotcom (re)fait le malin en musique
  15. MegaUpload : les USA ont ordre de communiquer les preuves à la défense
  16. MegaUpload : le FBI devra bien communiquer toutes ses pièces
  17. MegaUpload réclame l’abandon des poursuites
  18. MegaUpload : la perquisition jugée illégale par la justice néo-zélandaise
  19. MegaUpload : la perquisition jugée illégale par la justice néo-zélandaise
  20. La Nouvelle-Zélande débloque 4,83 millions de dollars pour Kim Dotcom
  21. MegaUpload : Kim Dotcom illégalement espionné, l’affaire devient politique
  22. MegaUpload a aidé à lutter contre NinjaVideo, creusant sa propre tombe
  23. Le top des provocs de Kim Dotcom
  24. Mega : le nouveau MegaUpload est lancé !
  25. Le procès d’extradition de Kim Dotcom reporté à août 2013
  26. Sarkozy applaudit la fermeture de MegaUpload et demande Hadopi 3
  27. Pour Marland-Militello, l’arrêt de MegaUpload est dû à Nicolas Sarkozy
  28. L’audience des concurrents de MegaUpload bondit
  29. Le P2P explose après la fermeture de MegaUpload
  30. La fermeture des sites de piratage est inefficace
  31. MegaUpload était bénéfique aux films indépendants